GAP: Plus de victimes de la mode

Aux PDG d'H&M, Gap et d'autres marques de vêtements:

Nous, citoyens et consommateurs du monde entier, vous demandons de signer immédiatement un accord à force exécutoire garantissant la sécurité des bâtiments tant sur le plan de la construction que sur la sécurité en cas d’incendie, faute de quoi vous prenez le risque de voir votre image ternie à jamais. Par cet accord, vous vous engagerez à financer des inspections indépendantes et des interventions pour la mise aux normes des bâtiments. Vos entreprises et les autres multinationales tirent profit du faible coût du travail au Bangladesh et peuvent faire beaucoup plus pour réduire le danger au sein des ateliers où sont réalisés vos produits.
 
Déjà membre d’Avaaz?
Indiquez votre adresse e-mail et cliquez sur "Envoyer".
Première visite? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.
Avaaz protège vos informations personnelles et vous tiendra au courant de campagnes similaires.

Publié le 21 Mai 2013
Nous avons tous vu les insoutenables images de centaines de femmes innocentes brûlées vives ou écrasées alors qu’elles confectionnaient NOS vêtements. Dans les prochains jours, nous pouvons contraindre les grands noms de la mode d’empêcher qu’un tel drame ne se reproduise.

Les grandes marques de vêtements se fournissent auprès de centaines d’ateliers au Bangladesh. Seules deux firmes, dont Calvin Klein, ont signé des engagements contraignants sur la construction et les normes de sécurité. D’autres, Wal-Mart en tête, tentent de se dédouaner de leurs responsabilités en proposant de vagues promesses, ce qui n’est rien d’autre qu’un coup de com’. Mais la catastrophe de la semaine dernière a déclenché des réunions de crise et les grandes chaînes vestimentaires font l'objet d'une pression colossale pour signer un accord contraignant qui pourra sauver des vies.

Les négociations prennent fin dans quelques jours. H&M et GAP sont les plus à même de basculer en faveur d’un accord contraignant. La meilleure manière de les convaincre, c’est de s’adresser directement à leur PDG. Si nous sommes plus d’un million à attirer leur attention par le biais d’une pétition, de Facebook, de Twitter et de publicités, les PDG et leurs proches entendront nos voix. Ils sauront que leur réputation et celle de leur entreprise sont dans notre ligne de mire. Les ouvrières qui cousent NOS vêtements travaillent dans des conditions scandaleuses et dangereuses. Vous aussi, signez pour garantir la sécurité des immeubles où elles travaillent et faites circuler cet e-mail tout autour de vous.

Parlez-en à vos amis

Postez le lien de cette campagne sur un tchat ou sur Skype: