En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

RIP Amina

Au Premier ministre Benkirane et aux ministres: de la Santé; de la Justice; de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement Social:

Depuis 2006, le gouvernement promet de voter une loi visant à stopper les violences faites aux femmes, mais n'a pas honoré sa promesse. Nous, citoyens du monde, vous appelons à défendre la cause des femmes en abrogeant immédiatement l'article 475 et en adoptant une législation globale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Indiquez votre adresse e-mail:
Merci d'autoriser Javascript pour obtenir de meilleures performances sur cette page
En vous inscrivant, vous exprimez votre accord pour recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et explique leur utilisation. Vous pouvez vous désinscrire à toute moment.
La sœur d'Amina tient un portrait d'Amina au cours d'une manifestation

Publié le 21 Mars 2012
Il y a quelques jours, Amina Filali, jeune fille de 16 ans violée, battue et obligée d'épouser son violeur, s'est donné la mort -- le seul moyen à ses yeux d'échapper au piège que lui ont tendu son violeur et la loi. Si nous agissons maintenant, nous pouvons empêcher cette tragédie indicible d'arriver à une autre jeune fille.

L'article 475 du code pénal marocain permet aux violeurs d'échapper à des poursuites et d'éviter une longue peine de prison en épousant leur victime si elle est mineure. Depuis 2006, le gouvernement promet d'annuler cet article de loi et d'adopter une législation interdisant les violences faites aux femmes, mais cela n'a pas eu lieu.

Des centaines de Marocains manifestent dans la rue pour réclamer une véritable réforme et font monter la pression sur le Premier ministre et sur d'autres ministres qui rédigent et soumettent des projets de loi, tandis que ces évènements sont relatés par les médias du monde entier. Si nous intensifions la pression, nous pourrons obtenir des avancées concrètes. Signez la pétition pour une loi globale visant à stopper les violences faites aux femmes et qui prévoit l'abrogation de l'article 475. Lorsque nous aurons atteint 500 000 signatures, nous nous concerterons avec des associations féministes locales pour remettre notre appel aux décideurs.

Parlez-en à vos amis!

Postez le lien de cette campagne sur un tchat ou sur Skype: