Inde: des écoles, pas des ateliers

Aux membres du Parlement indien et aux dirigeants mondiaux:

Nous vous appelons à adopter immédiatement la Loi sur l'abolition du travail des enfants et des adolescents. Vous avez le pouvoir d'abolir le travail des enfants de moins de 14 ans et de garantir que tous les enfants vont à l'école. Nous appelons également l'Inde et toutes les Nations à mettre l'éradication du travail des enfants au coeur des politiques d'éducation nationale, et de renforcer les programmes sociaux, afin que tous les enfants du monde soient scolarisés d'ci 2016, la date-butoir fixée par les Nations Unies.
 
Indiquez votre adresse e-mail:
Merci d'autoriser Javascript pour obtenir de meilleures performances sur cette page
Pour vous désinscrire ou modifier vos données à tout instant, écrivez à [email protected], ou utilisez le lien disponible en bas de chaque e-mail. Avaaz protège vos informations personnelles et ne partage jamais les données avec des tiers.

Publié le 24 Décembre 2012
Le Parlement indien est en train de clore sa session sans avoir voté la loi contre le travail des enfants la plus forte de son histoire. Le pire dans cette histoire c’est que cette loi, quoique soutenue par la majorité des parlementaires, est bloquée depuis des semaines car elle n’est pas considérée comme “prioritaire”!

L’Inde détient le record mondial du travail des enfants; dès cinq ans, les plus petits sont vendus à des trafiquants et réduits en esclavage, victimes d’abus et de violences. Cette nouvelle loi historique interdirait tout travail des enfants avant 14 ans et fournirait des bourses aux familles les plus pauvres, pour envoyer leurs enfants à l’école. Mais ce projet de loi n'est plus à l'agenda du Parlement et les groupes de protection des droits des enfants en Inde nous disent qu’ils ont besoin de notre aide urgente pour faire peser une véritable pression citoyenne.

Ensemble, les membres d’Avaaz peuvent attirer l’attention sur le projet de loi et pousser les parlementaires à l’adopter. Signez cette pétition et envoyez-la à tous vos proches. Quand nous aurons recueilli un million de signatures, d’anciens enfants exploités remettront notre message au Parlement.
Postez le lien de cette campagne sur un tchat ou sur Skype: