En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Cette pétition est close
Canada : stoppons la loi anticontestation du Québec

Canada : stoppons la loi anticontestation du Québec

Cette pétition est close
6,564 personnes ont signé. Allons jusqu'à   10,000
6,564 soutiens

Guillaume F.
a lancé une pétition à destination de
Jean Charest, premier ministre du Québec
Pour faire taire le plus grand mouvement de mobilisation étudiante de l’histoire du Québec, le gouvernement provincial vient d’adopter une loi spéciale qui tente d’étouffer toute forme de contestation contre ses politiques.

Cette loi répressive, qui viole à la fois la liberté d’expression et la liberté d’association, s’attaque directement aux regroupements d’étudiants, de travailleurs et de citoyens. Ceci représente une atteinte fondamentale aux libertés civiles et constitue un danger pour toute société libre et démocratique.

Consultez le texte de la loi :

http://www.assnat.qc.ca/Media/Process.aspx?MediaId=ANQ.Vigie.Bll.DocumentGenerique_60901&process=Default&token=ZyMoxNwUn8ikQ+TRKYwPCjWrKwg+vIv9rjij7p3xLGTZDmLVSmJLoqe/vG7/YWzz.html

Nous devons agir pour forcer le gouvernement du Québec à revenir sur sa décision d’imposer cette loi odieuse et ainsi rétablir les droits reconnus dans les chartes québécoise et canadienne. Cette loi sera contestée devant les tribunaux, mais nous pouvons en accélérer le retrait en montrant au premier ministre du Québec que notre opposition est massive et qu'elle dépasse les frontières.

Au premier ministre du Québec, Jean Charest :

"Nous vous appelons à retirer cette loi antidémocratique, à rétablir la liberté d’expression et à protéger le droit d’association. Nous vous exhortons à vous engager à résoudre pacifiquement la crise en recourant aux moyens démocratiques existants."