En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Contre l’impunité des militaires: vérité, justice et réparation!

Contre l’impunité des militaires: vérité, justice et réparation!

521 personnes ont signé. Allons jusqu'à   750
521 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Tlachinollan C. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Tlachinollan C.
a lancé une pétition à destination de
Felipe de Jesús Calderón Hinojosa, Président du Mexique
Le 1er octobre 2012, cela fera 2 ans que la Cour Interaméricaine des Droits de L’homme (CoIDH) a condamné l’État mexicain dans les affaires d’Inés Fernández Ortega et Valentina Rosendo Cantú.

Les jugements de la CoIDH établissent qu’en 2002, en différentes circonstances, Inés et Valentina, alors âgées de 25 et 17 ans, ont été violées et torturées par des éléments de l’Armée mexicaine dans l’ État du Guerrero, dans un contexte caractérisé de pauvreté, de discrimination et de « violence militaire institutionnalisée ».

Ces deux condamnations mettent en lumière des problèmes encore actuels en matière de défense des droits de l’homme au Mexique : le manque d’accès à la justice pour les femmes indigènes victimes de violences, la discrimination dont sont victimes les femmes en général dans l’accès aux services de santé, les abus occasionnés par l’absence de contrôles civils sur les forces armées, les risques auxquels sont confrontés ceux qui s’organisent pour défendre les droits des peuples indigènes.

Bien que ces condamnations soient définitives et sans appel, l’État mexicain n’a pratiquement pas avancé dans la mise en œuvre des mesures ordonnées en guise de réparation. Il est particulièrement préoccupant de constater les maigres progrès des enquêtes à cause du manque de coopération entre le Secrétariat de Défense Nationale (SEDENA) et le Bureau du Procureur Général de la République. De même, la plupart des résolutions en matière d’accès à la santé, à l’éducation, aux réparations communautaires et aux indemnisations sont en attente.

Le respect de ces condamnations contribuera à mettre un terme à l’impunité des militaires qui perdure depuis dix ans. Dans la mesure où l’actuel gouvernement arrive bientôt à son terme, il convient de garantir urgemment la totale coopération du SEDENA avec le Bureau du Procureur Général de la République et que le Secrétariat de Gouvernement prenne les mesures nécessaires afin d’appliquer l’ensemble des décisions édictées par la CoIDH.

Pour de plus amples informations, vous pouvez consulter le site du Centre des droits de l’homme La Montaña Tlachinollan (en espagnol): http://www.tlachinollan.org/ines-y-valentina.html