En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Interdiction des courriers non adressés (Couna)

Interdiction des courriers non adressés (Couna)

40 personnes ont signé. Allons jusqu'à   100
40 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Benjamin L. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Benjamin L.
a lancé une pétition à destination de
Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie,
Monsieur le Président de la République
Les courriers non adressés (Couna) représentent 35 kg/foyer/an de déchets, soit 900 000 tonnes sur toute la France !

Notre demande est l'arrêt pur et simple des Counas.

La plupart de ces imprimés sont des publicités ou des journaux gratuits. Même les personnes n'ayant pas d'autocollants Stop Pub ne souhaitent pas tout lire !

Nous proposons le remplacement des Counas par une inscription aux courriers souhaités.

Concrètement, si une personne souhaite recevoir les offres d'un magasin, celle-ci peut s'y abonner (dans le magasin ou sur internet).

Cette demande est motivée :

-par le coût annuel des Counas en traitement des déchets, soit 135 millions d'euros payés par les contribuables (150 euros/tonne, chiffre de l'ADEME)
-par la pollution. Pour produire 35 kg de publicités, il faut 20 à 40 kg de bois, 200 à 600 litres d’eau, 120 à 240 Kwh d’électricité, des encres avec des métaux lourds, des adjuvants et des colorants.
-Par le coût de fabrication facturé directement aux consommateurs lors de leurs achats (estimé à 62 euros pour 35 kg de publicités)

Le changement, c'est maintenant ?