En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
stopper les implantations d'antennes-relais et WIFI sur les immeubles de logements sociaux par vote d'une Loi.

stopper les implantations d'antennes-relais et WIFI sur les immeubles de logements sociaux par vote d'une Loi.

153 personnes ont signé. Allons jusqu'à   200
153 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Locataires14-asso Sarrette Père C. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Locataires14-asso Sarrette Père C.
a lancé une pétition à destination de
le Premier Ministre et le Parlement,
le Parlement,
le Conseil de l'Europe

Les études scientifiques publiées démontrent que les normes auxquelles se réfèrent les opérateurs de téléphonie mobile basées sur la recommandation de l'OMS de 1999, sont très largement obsolètes depuis le début de l'exploitation de cette technologie et n'assurent pas du tout la préservation de la santé des citoyens irradiés 24h/24h depuis 15ans par des technologies et des équipements de communication sans fil chaque jour de plus en plus nombreux, comme la toute dernière 4G, qui aggravent considérablement l'électrosmog. De plus, les antennes relais sont systématiquement installées sur les immeubles de logements sociaux servant de dépotoir à ondes sans que les locataires soient consultés, à l'inverse des immeubles du privé où les copropriétaires doivent l'être. Chaque personne à le droit de vivre dans un environnement sain, non dangereux. Il est plus que temps qu'une loi nationale mette fin à l'impunité de l'industrie du sans fil qui installe ses antennes n'importe où et n'importe comment en ne respectant souvent même pas le code des Postes et Télécommunications comme le montre la photo ci-dessus : antennes et repeteurs édifiés en contre-bas d'un immeuble et non sur le point le plus haut du bâtiment.

Par sa résolution du 27 mai 2011, le Conseil de l’Europe demande aux gouvernements européens que l’exposition du public aux ondes électromagnétiques artificielles, en accord avec le principe de précaution, ne dépasse pas 0.6 V/m et à moyen terme de les réduire à 0.2 V/m. A ce jour, cette résolution du Conseil de l'Europe n'a pas été traduite en droit français.

Trois propositions de loi relatives aux implantations d'antennes relai visant à réduire l'exposition du public aux ondes électromagnétiques de la téléphonie mobile, avaient déjà par le passé été déposées par des parlementaires, respectivement le 27/12/2007, le 27/02/2008 et le 8/07/2009. Aucune d'elles n'a pu atteindre le stade de projet de loi par défaut de constitution d'une commission spéciale prévue au règlement de l'Assemblée Nationale. L'important lobbying des opérateurs y est pour beaucoup. Puisque nos élus abandonnent si facilement la préservation de la vie humaine, en bonne santé, mais aussi animale et végétale aux intérêts de l'industrie de la téléphonie mobile, cette pétition est l'occasion de faire à notre tour, groupe de pression citoyen.

Pour ce qui est de la compatibilité électromagnétique des équipements électroniques entre eux, les élus, parlementaires et industriels violent (*)quotidiennement la règlementation existant depuis 22 ans, limitant les émissions électromagnétiques à 3 V/m, pour éviter les dysfonctionnements des équipements électroniques utilisés ou installés chez les particuliers, en ayant autorisé ou prétendant faire fonctionner des équipements de télécommunications émettant au-delà du seuil de compatibilité fixé à 3 V/m, et en France jusqu'à des 41 V/m à 61 V/m selon les fréquences utilisées !...
(*) A savoir, respectivement : Art. L32-12° du code des postes et télécommunications, directive européenne 89/339, décret 92-587, directive européenne 2004-108, directive 1995/5/ce.