En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Cette pétition est close
Madame Laurence BLOCH, Directrice de France Inter: La continuation de LA BAS SI J'Y SUIS sur FRANCE INTER

Madame Laurence BLOCH, Directrice de France Inter: La continuation de LA BAS SI J'Y SUIS sur FRANCE INTER

Cette pétition est close
72 personnes ont signé. Allons jusqu'à   100
72 soutiens

Nelson N.
a lancé une pétition à destination de
Madame Laurence BLOCH, Directrice de France Inter
LETTRE OUVERTE A MADAME LAURENCE BLOCH,
DIRECTRICE DE FRANCE INTER

Merci Madame la Directrice de nous supprimer (lâchement) un espace de liberté et d'expression.

Ca n'a l'air de rien, mais quand un seul homme tient tête à une colonne de chars, c'est la démocratie qui triomphe.

Ca n'a l'air de rien, mais quand on n'a en tête que le souci de faire de l'audimat, et qu'on liquide froidement l'un des derniers espaces de résistance à la pensée inique, que l'on étouffe une voix, qui cherche à dévoiler la vérité, alors, il n'y a pas de quoi être fière. C'est un beau cadeau que vous offrez à ceux que les reportages de LBSJS gênaient. C'est aussi un beau cadeau aux 25% d'électeurs qui ont franchi le Rubicon de la disgrâce... Que nous restera-t-il de notre liberté si, ceux qui pensent pour les masses, décident de ce qui est bien ou non, pour le "bon peuple". Et si, nous, les auditeurs de France Inter, on vous disait à vous, Madame la Directrice, que nous ne supportons pas vos justifications mesquines et hypocrites. (Le rajeunissement, les parts de marché, etc. Tout cela ne sont que des "éléments de langage" pour camoufler une décision politique nauséabonde : interdire d'antenne cette émission qui dérange).

Aujourd'hui, c'est une voix que l'on assassine, et ce n'est pas seulement celle de Daniel, c'est aussi, et surtout, la nôtre, celle de tous les auditeurs de France Inter, qui avions noué un lien affectif, si particulier, avec cette émission modeste et géniale.

Je déplore le cynisme, qui conduit, depuis trop longtemps, les responsables de France Inter à se débarrasser des programmes, qui osent, qui tranchent avec le conformisme ambiant.

Mais aujourd'hui, ce n'est pas seulement une voix que l'on assassine, c'est aussi l’outil d'expression d'une pensée libre et critique que l'on réduit au silence. LBSJS permet aux différents courants d'opinion de s'exprimer. Cette émission, unique en son genre, donne la parole à ceux que l’on n’entend guère d'habitude, elle confronte les points de vue, enquête, analyse, pousse le raisonnement jusque dans ses derniers retranchements. C'est donc une émission de Salut Public qui est condamnée pour avoir trop bien joué son rôle.

Je regrette profondément, Madame la Directrice, que vous ayez pris une telle décision, sans même tenir compte de l'avis de vos auditeurs. Mais d'ailleurs, nous ne sommes pas VOS auditeurs, NOUS SOMMES LES AUDITEURS DE FRANCE INTER. Et à ce titre, il serait outrageant que notre avis ne soit pas pris en considération.

LA BAS SI J'Y SUIS n'est plus seulement une émission de radio, comme les autres, elle incarne un symbole, une résistance, une lutte, qui dépasse largement nos frontières. C'est incontestablement l'une des plus belles réussites de France Inter.

Alors, de grâce, Madame la Directrice, prenez le temps de mesurer la teneur du message que vous enverrez à la société française et aux auditeurs francophones... Voulez-vous vraiment être celle dont on se souviendra pour avoir assassiné l'une des voix françaises les plus acharnées à défendre la liberté d'information, d'expression et de réflexion ?

Réduire LA BAS SI J'Y SUIS au silence, c'est un peu comme si l'on bâillonnait Voltaire, Diderot et Rousseau...

Je ne peux, actuellement, vous adressez mes salutations respectueuses, et vous comprendrez aisément pourquoi…

Sincèrement,

Nelson Navin