En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
À Ivry, pour le bidonville rue Truillot, pas d'expulsion mais un projet social.

À Ivry, pour le bidonville rue Truillot, pas d'expulsion mais un projet social.

1,197 personnes ont signé. Allons jusqu'à   2,000
1,197 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Collectif d'Ivry R. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Collectif d'Ivry R.
a lancé une pétition à destination de
Monsieur le Premier Ministre, Manuel VALLS
ALERTE !
PAS DE BIDONVILLE – PAS D’EXPULSION

Monsieur le Premier Ministre,
NOUS EXIGEONS
UN PROJET SOCIAL
POUR LA RESORPTION
DU BIDONVILLE TRUILLOT

Nous venons d’apprendre qu’une expulsion des personnes habitant le bidonville Truillot serait prévue début juillet. L’angoisse règne aujourd'hui. Les familles vivent des heures sombres marquées par l'incertitude et la crainte des mauvais coups à venir. Pourtant trois années de stabilité relative marquées par la lutte des familles et de leurs soutiens ont permis d’élaborer, avec la municipalité et le Conseil Général, des perspectives pour 29 d’entre elles. Mais il reste une centaine de familles dans le bidonville pour lesquelles aucune action sociale n'est envisagée.

Laisser ces personnes sans solution d’habitat digne est contraire aux valeurs d’égalité et de dignité humaine de la République française. C’est aussi contraire à la loi qui fait de la résorption de l’habitat insalubre une obligation de l’Etat. Pourtant celui-ci oppose un silence inquiétant aux appels qui lui sont lancés et ne semble pas prêt à rechercher une solution décente pour tous les habitants. L’expulsion reste-t-elle la seule réponse de notre société ?
Au-delà des clichés xénophobes et des préjugés propagés dans de nombreux médias, il faut sans cesse rappeler que les habitants des bidonvilles sont des travailleurs pauvres jetés sur les routes de l'émigration par les politiques d'austérité menées au niveau européen et relayées par les gouvernements nationaux. Ce sont les mêmes politiques qui frappent aujourd'hui la plupart des travailleurs en Europe.

Concrètement, des solutions existent. Un projet social pour tous les habitants du bidonville de la rue Truillot est possible.

Devant ce gouvernement qui ne prend pas ses responsabilités, nous, habitants, citoyens, élus d'Ivry-sur-Seine, devons tracer les grandes lignes de la politique à suivre pour sortir par le haut de cette situation inhumaine et indigne. Nous devons nous battre ensemble et exiger de l'État et des institutions européennes les moyens nécessaires pour la mener à bien.

Une expulsion ne fait que repousser une question qui doit être traitée en urgence, ici et maintenant.

Une expulsion détruit le travail d’insertion mené depuis trois ans.

Une expulsion jette à la rue 80 enfants scolarisés dans les écoles, collèges et lycées et certains d’entre eux sont inscrits cet été dans les colonies de vacances de la ville.

Une expulsion ne fait qu'alimenter les haines et les préjugés en semblant leur donner raison.

En soutenant les habitants du bidonville Truillot, c'est bien aussi pour nos propres familles que nous nous battons. Jusqu’à quel seuil de misère notre société peut-elle accepter de laisser vivre des hommes ? Ce qui leur arrive aujourd’hui peut nous arriver demain !