En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
STOP à l'incitation au viol !

STOP à l'incitation au viol !

6,342 personnes ont signé. Allons jusqu'à   7,500
6,342 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Osez le féminisme ! O. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Osez le féminisme ! O.
a lancé une pétition à destination de
Christiane Taubira, Garde des Sceaux, ministre de la Justice,
Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement
Christiane Taubira est la ministre de la justice. Une loi condamnant les propos incitant à la violence faite aux femmes existe. Christiane Taubira peut faire en sorte que la justice l'applique et mette un coup d'arrêt à la trop grande tolérance des médias face à des propos inadmissibles qui favorisent la permanence d’un climat pro-violences machistes faites aux femmes.

Une mobilisation massive pourrait permettre de mettre en lumière ces dysfonctionnements de la justice. En tant que féministe, je trouve inacceptable que les médias soient aussi complaisants face à ces violences qui constituent un véritable fait de société, (75000 viols par ans http://contreleviol.fr/), contribuant à maintenir les femmes de tous milieux sociaux dans un climat d'insécurité et sous l'emprise du système de la domination masculine.

Comment oser porter plainte lorsqu'un crime machiste est présenté par certains médias comme un acte recommandable par un médecin médiatique, ou encore comme un sujet de plaisanterie ? Le Collectif Féministe Contre le Viol, qui gère une plateforme d’appel pour les femmes victimes de viol, estime que 1 victime sur 10, seulement, porte plainte. 96 % des auteurs de viol sont de sexe masculin et 91 % des victimes sont de sexe féminin (statistiques concordantes du Ministère de la Justice et du CFCV, Collectif Féministe Contre le Viol). Ceux qui cautionnent une culture pro-viol ont leur part de responsabilité dans ce constat insupportable.

Aldo Naouri, pédiatre et écrivain, a, dans une interview accordée au magazine Elle le 29/03/2013, tenu des propos intolérables. On lit : " ELLE : Dans votre livre, vous évoquez ces mères entièrement dévouées et qui ne font plus l’amour après la naissance de leur bébé. Vous parlez d’une consultation où vous dites à un père devant sa femme : « Violez-la ! » C’est choquant : le viol, y compris conjugal, est un crime.
Aldo Naouri : "C’est évidemment une provocation ! J’étais devant un homme qui me disait : « J’en crève d’envie mais j’attends qu’elle veuille. » Sa femme le regardait sans rien dire. J’ai dit en exagérant : « Violez-la ! » C’était excessif mais c’était une manière de dire : allez-y, foncez, ça viendra bien ! D’ailleurs, à ces mots, le visage de la femme s’est illuminé ! "

Loin de démontrer que son propos relèverait d'un douteux 3ème degré, Aldo Naouri persiste et signe en disant "allez-y, foncez, ça viendra bien". C'est exactement ce genre d'idéologie machiste - les désirs des hommes dominent: il faudrait donc forcer les femmes à céder à des demandes sexuelles pour qu'elles finissent par y consentir - qui fait le lit d'une culture extrêmement complaisante envers le viol conjugal. Or inciter à la violence faite aux femmes n’est pas une opinion ou une proposition thérapeutique recevable, c’est un délit !

De plus, les médecins et les personnages publics doivent répondre de leurs actes à la mesure de l'audience et du pouvoir qui sont les leurs. Il n'est pas tolérable qu'un pédiatre médiatique puisse délivrer de tels conseils et s'en vanter publiquement dans un livre et par voie de presse sans tomber sous le coup de la loi.

Nous demandons au ministère public d’agir dès à présent, d’appliquer la loi et de condamner ces propos. La justice doit porter un coup d’arrêt à la complaisance médiatique face à ces crimes qui constituent un véritable fait de société qui touche tous les milieux sociaux : aujourd’hui une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son conjoint ou de son ex-conjoint, et que 75 000 viols sont perpétrés par des hommes tous les ans contre des femmes majeures.

Etre complaisant, c’est être complice, c’est inacceptable, la justice doit agir !