Mettez à jour vos Paramètres de Cookies pour utiliser cette fonctionnalité.
Cliquez sur 'Tout autoriser' ou activez uniquement les 'Cookies pour une publicité ciblée '
En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Pour une animation socioculturelle indépendante des pouvoirs publics

Pour une animation socioculturelle indépendante des pouvoirs publics

1,048 personnes ont signé. Allons jusqu'à   2,000
1,048 soutiens

Clore

Finaliser votre signature

,
En continuant, vous acceptez de recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et détaille comment elles peuvent être utilisées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.
Cette pétition a été lancée par Animation S. et ne représente peut-être pas un positionnement d'Avaaz
Animation S.
a lancé une pétition à destination de
Ville de Lausanne
Le 29 novembre dernier, la Ville de Lausanne a annoncé
sa volonté de municipaliser la Fondation pour l’animation
socioculturelle lausannoise (FASL), laquelle gère actuellement
17 centres socioculturels et maisons de quartier. Cette décision
unilatérale de la Municipalité va pourtant à l’encontre de deux audits,
qui recommandaient à la ville de « reconnaître la FASL comme un
partenaire central, indépendant de la ville, pour la mise en
œuvre de cette politique publique » et de « supprimer toute forme
d’ingérence dans les affaires d’une institution de droit privé ».

Alors même que la FASL tient compte des critiques formulées
dans ces audits et opère, depuis deux ans, un processus de
restructuration, ce passage en force de la Municipalité témoigne
une nouvelle fois de l’habitude prise par la ville de s’ingérer dans le fonctionnement de la FASL. Or cette municipalisation à marche
forcée est à l’opposé des impératifs de l’animation socioculturelle :
la reconnaissance du droit à l’autodétermination pour les associations
et les habitant.e.s des quartiers. Cette marge de manœuvre est
essentielle puisqu’elle permet actuellement aux animateurs et
animatrices de travailler avec toutes les populations, selon les
principes de la libre adhésion et de l’inconditionnalité, et offre la
possibilité, aux professionnel.le.s et aux associations, d’ouvrir
leurs centres à la diversité et de tisser des liens relationnels avec
les personnes les plus fragilisées.

Les pétitionnaires dénonçent le projet de municipalisation de la
FASL imposé par la Municipalité et s’inquiètent des conséquences
qu’elle aura sur le terrain, sur les associations comme sur les
professionnel.le.s. Aussi, nous revendiquons une animation
socioculturelle au service des quartiers et des habitant.e,
loin de l’ingérance des pouvoirs et partis
politiques, qu’elle que soit leur couleur.


Les pétitionnaires demandent à la Ville de
Lausanne :
· de mettre immédiatement un terme à la municipalisation, annoncée
sans le consentement du législatif, qui ne saurait garantir l’indépendance essentielle à la mission de l’animation ;

· de cesser de baser sa politique de négociation sur un chantage
au financement, lequel doit doit se fonder sur la reconnaissance
de l’utilité publique des activités exercées par la FASL et non
sur l’imposition d’un catalogue de prestations établi
unilatéralement par la ville ;

· de reconnaître et respecter le droit à l’autodétermination
de la FASL, des associations et des professionnel.le.s qui
la composent ; l’ingérence doit cesser pour permettre un
climat d’entente propice aux négociations liées à
l’avenir de l’animation socioculturelle.





Publié le 6 Décembre 2019 (Mis à jour: 14 Février 2020)