En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK
Le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement

Abrogation de l'article 222 du Code pénal marocain

Abrogation de l'article 222 du Code pénal marocain
  
  

 


Pourquoi c'est important

Le préambule de la constitution du 1er juillet 2011 souligne que « le Royaume du Maroc, membre actif au sein des organisations internationales, s’engage à souscrire aux principes, droits et obligations énoncés dans leurs chartes et conventions respectives, il réaffirme son attachement aux droits de l’homme tels qu’ils sont universellement reconnus. »
En effet, en dépit de cette affirmation solennelle, l’article 222 du code pénal prévoit des sanctions contre les Marocains musulmans qui se déclarent non-jeûneurs. « Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, [au Maroc – comme souvent ailleurs- , on ne choisit pas sa religion ; on en hérite] rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du Ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l'emprisonnement d'un à six mois et à une amende. »

Publiée Juillet 16, 2012
Signalez cette page comme inappropriée
Cliquer pour copier: