En continuant, vous acceptez notre Politique de confidentialité qui détaille comment vos données sont utilisées et sécurisées.
J'ai compris
Nous utilisons des cookies pour analyser l'utilisation de ce site par les visiteurs et vous offrir la meilleure navigation possible. Consultez ici notre politique de Cookies.
OK

Canada: Nos droits sont attaqués!

Au premier ministre du Québec, Jean Charest:

Nous rejetons la loi 78 en tant que moyen de gérer les contestations politiques. Cette loi est inconstitutionnelle et va à l'encontre de certaines valeurs canadiennes fondamentales. Nous vous demandons de l'abroger immédiatement et de permettre le retour de la liberté d'expression et de la liberté de réunion dans les rues du Québec.

Déjà membre d’Avaaz?
Indiquez votre adresse e-mail et cliquez sur "Envoyer".
Première visite? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.
Entrez votre numéro de téléphone si vous souhaitez être contacté(e) par téléphone ou par SMS.
En vous inscrivant, vous exprimez votre accord pour recevoir les emails d'Avaaz. Notre Politique de confidentialité protège vos données personnelles et explique leur utilisation. Vous pouvez vous désinscrire à toute moment.

Publié le 23 Mai 2012
Jean Charest, le premier ministre du Québec, vient de faire passer une loi spéciale draconienne limitant nos droits fondamentaux à la liberté de regroupement et de protestation. Cette loi pourrait mettre le Canada dans une position honteuse sur la scène internationale -- en l'assimilant aux états policiers du Moyen-Orient renversés au cours du printemps arabe -- ça reste à nous de montrer au monde que les Canadiens rejettent ce type de répression certainement pas digne de notre époque.

Cette loi spéciale, connue sous le nom de loi 78, prévoit de sévères amendes pouvant atteindre 125 000 $ pour l’organisation de manifestations pacifiques -- le droit le plus fondamental des démocraties libres. De plus, quiconque espère réunir ne serait-ce que 50 personnes doit avertir la police 8 heures à l’avance! Les juristes sont unanimes et considèrent que cette loi est inconstitutionnelle mais, pendant que nous attendons que les tribunaux la fassent abroger, la liberté d’expression est menacée. Unissons nos efforts et démontrons aux dirigeants que tous les Canadiens rejettent cette atteinte à leurs droits fondamentaux et que toute répression entraînera une opposition plus forte.

Les droits constitutionnels et la réputation internationale de notre pays sont en danger. Faites votre part et envoyez ce message à tout le monde – si nous atteignons 50,000 signataires, Avaaz installera des manifestants géants devant les bureaux des élus de Montréal pour transmettre aux politiciens notre message national.

Parlez-en à vos amis!

Postez le lien de cette campagne sur un tchat ou sur Skype: